Bienvenue à tous dans cette nouvelle édition de Parlons Chatbot !

On démarre fort l’année avec 4 nouveaux robots conversationnels : le voice bot de Damart pour promouvoir son produit phare, le Thermolactyl ; le Zuckerbot, un chatbot lancé par The Guardian, pour simuler une interview de Mark Zuckerberg ; BeBot, un chatbot destiné aux voyageurs souhaitant découvrir la ville de Tokyo, une station de métro après l’autre et enfin, nous verrons un chatbot capable de répondre à la question « puis-je être admis à l’université ? ». C’est parti !

 

 

Damart lance une application vocale via Google Assistant

Un vent de jeunesse souffle sur Damart ! Le spécialiste du textile vient de développer son premier agent conversationnel à des fins marketing.

Accessible via Google Assistant, le voice bot de la marque met en avant le Thermolactyl (gamme de vêtements thermiques) dans l’objectif de conquérir les utilisateurs connectés.

 

 

 

Selon ModeInTextile, ce chatbot a pour mission d’aider les clients à trouver le bon produit Thermolactyl en fonction de la météo, du style, de l’âge et du sexe. Après une série de questions, l’agent conversationnel peut envoyer les références les plus pertinentes à l’utilisateur, directement sur son smartphone. Le robot peut aussi aider le client à trouver le magasin Damart le plus proche de chez lui.

Cette intelligence artificielle s’inscrit dans un vaste plan de modernisation de la marque, créée en 1953, en s’appuyant notamment sur le commerce conversationnel.

 

 

 

Zuckerbot, le chatbot qui parle comme Mark Zuckerberg

Le Guardian a la rancune tenace : Tomsguide nous raconte que le journal, vexé de n’avoir jamais pu recevoir Mark Zuckerberg en interview, a décidé de créer un chatbot qui pourrait répondre à ses questions. Une équipe de journalistes a compilé 3 années d’interviews dans divers journaux et a confié les données à une société spécialisée dans l’intelligence artificielle et le deep learning.

Résultat : un robot conversationnel capable de répondre comme le créateur de Facebook. Et disons-le tout de suite, les réponses sont à l’image de celles de Mark : lunaires.

 

 

 

 

Le métro de Tokyo lance son bot conversationnel

2020 est l’année des Jeux Olympiques au Japon ! À cette occasion, Bespoke a annoncé l’arrivée de « Bebot », un assistant virtuel qui guide les touristes dans le métro de Tokyo. Les utilisateurs peuvent interagir avec le bot en visitant une simple URL ou en scannant un code QR. Qu’ils soient dans le train ou à la gare, les voyageurs peuvent alors recevoir, en temps réel, des informations sur la situation du train, ainsi que des recommandations sur les sites touristiques et culturels à proximité. Le chatbot, doté de l’intelligence artificielle, tient compte des heures de pointe et des retards pour faire des suggestions, ce qui facilite la gestion des foules.

 

 

 

Selon UCtoday, cet assistant virtuel ne se contente pas d’énumérer les endroits les plus connus de la ville, mais ambitionne de faire découvrir des endroits que les voyageurs auraient pu rater sans son aide. Un service idéal pour augmenter la satisfaction des touristes, en quête de lieux inédits !

 

 

« Puis-je aller à l’Université ? », un chatbot vous répond

La directrice de la gestion des candidatures à l’université d’Adelaide, en Australie, ne cache pas sa lassitude du processus d’admission :

« L’éligibilité est incroyablement compliquée. Vous avez tous les pays du monde, toutes les qualifications qui viennent de ces pays, toutes sortes d’exigences en matière de langue anglaise. »

En effet, toutes ces données doivent être compliquées à analyser, classifier et gérer pour un être humain ! À l’entendre, l’université se priverait même de talents, car sa procédure est devenue tellement complexe, qu’il faut parfois répondre : « nous ne savons pas si vous êtes éligible ». Pire, avant la mise en place du robot, il fallait payer 100$ rien que pour poser la question, ce qui incitait des élèves à se tourner vers d’autres universités…

 

 

 

 

Cette situation ne pouvait plus durer ! D’où l’idée de créer un chatbot capable de répondre à cette épineuse question : « puis-je intégrer l’Université d’Adelaide en Australie ? ».

L’agent conversationnel pose une série de questions aux étudiants potentiels et, grâce à une simple capacité d’intégration de données, effectue les calculs nécessaires pour une réponse éclairée. Les utilisateurs savent, en quelques secondes, s’ils sont admissibles et s’ils peuvent remplir un dossier.

S’il est encore un peu tôt pour dresser un bilan, 80% des étudiants ayant testé le bot l’ont noté « génial », la plus haute note disponible, selon Forbes.

 

 

Vous souhaitez développer un chatbot pour votre entreprise ? Contactez-nous !

Découvrir +
d'articles
+

Vous voulez
en discuter ?

Contactez-nous