Nos derniers articles parus ce mois-ci

Les tactiques du marketing en temps réel

 

Dans l’édition du 1 Octobre 2018 de Marketing, Robin Coulet directeur associé de l’agence Conversationnel, fait un petit tour d’horizon des stratégies de communication basées sur l’immédiateté et le rebond. Parmi celles-ci, le newsjacking, technique qui consiste à s’infiltrer dans les conversations émergentes. Taillée parfaitement pour le web, et notamment pour les réseaux sociaux, le newsjacking assure un levier de communication à prix imbattable. L’un des exemples les plus populaires reste celui du détournement par Ikéa du « Non mais allô quoi ! » de Nabilla, star de la télé-réalité.

Sur son site, le géant du meuble en kit affiche sous son produit (un coussin): « Non mais allô quoi, t’es une chaise et t’as pas de coussin ? Allô ? Allô ? ».

La toile s’enflamme ! Une image, quelques mots, le bon rebond et le tour est joué !  Le contenu viral propulse ainsi une marque sur le devant de la scène médiatique.

Tactique efficace et peu coûteuse pour accroitre une notoriété, un capital sympathie ou développer la proximité avec sa communauté, elle n’en reste pas moins risquée puisqu’elle n’est pas totalement encadrée, souligne Robin Coulet.

Retrouvez dans Marketing du 1er Octobre 2018, l’article complet  avec les recettes d’un bon newsjacking et les méthodes pour travailler l’hyper-spontanéité en communication.

 

Les enjeux de la technologie chatbot

 

Le secteur de la santé s’est lui aussi emparé des robots intelligents, comme le rappelle le Mind Health du 10 Octobre 2018. Pour répondre à toute heure aux questions des personnes victimes de troubles du sommeil, le laboratoire pharmaceutique Sanofi a ainsi mis en place en novembre 2017 un chatbot  accessible via la page Facebook « Team de nuit ».

Robin Coulet, directeur associé de l’agence Conversationnel, rappelle quelques impératifs pour optimiser l’efficacité d’un chatbot. En effet, pour répondre à certaines questions sensibles, détecter ce qui relève de la pharmacovigilance, il note le bon paramétrage de l’IA (intelligence artificielle) par le concepteur de chatbot. Il est écessaire effectivement que l’IA prenne en compte l’intention de l’utilisateur et qu’elle puisse s’enrichir de données au fur et à mesure afin  de reconnaît du texte et le traduire en propositions. Autre point développé dans cet article : l’importance  de la période
de bêta test afin de permettre au chabot de détecter les limites de compréhension du texte et identifier les rebonds : signal pour qu’un agent « humain » prenne le relai.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Robin Coulet dans mind Health du 10 Octobre 2018.

 

Pour en savoir plus sur les chatbots, cliquez ici