Skip to content

Parlons Chatbot #30

Voici déjà le 30ème épisode de #ParlonsChatbot ! Cette semaine, nous allons découvrir pêle-mêle des bots RH, éducatifs et marketing.

Pour commencer, cap sur l’application Amber, qui aide les ressources humaines à identifier des salariés mécontents. Ensuite, nous parlerons handicap avec Wilson, un agent de conversation qui aide les personnes à mobilité réduite ; nous retournerons à l’école avec Buddies, chatbot de l’EDHEC Business School et nous finirons par évoquer l’association du service Jam – un chatbot Messenger – et de Clear Channel. Bonne lecture !

 

Amber, le bot RH qui identifie les salariés mécontents

Amber est un robot dopé à l’intelligence artificielle, soucieux du bien-être des salariés de son entreprise. Le chatbot incite lui-même à la conversation et pose des questions personnalisées aux collaborateurs. Au fur et à mesure des conversations, Amber s’appuie sur la data pour apporter des réponses de plus en plus évoluées.

Véritable progrès dans le domaine des chatbots, Amber analyse les réponses pour déterminer un niveau de bonheur et de confiance. Si un utilisateur lui adresse une réponse négative, celui-ci cherche à savoir ce qui ne va pas en posant des questions plus précises et personnelles. Si le salarié continue d’exprimer son mécontentement de manière régulière, Amber transmet l’information aux RH.

 

 

 

 

 

Les questions, élaborées par une équipe de psychologues comportementaux, permettent à Amber de déterminer 3 niveaux de bonheur. Ce robot remportant un franc succès auprès des RH, comme des salariés, pourrait bientôt débarquer en France, nous indique myRHline !

 

 

 

Wilson, le chatbot qui aide les personnes en situation d’handicap

Wilson est plus qu’un simple chatbot : c’est un véritable majordome à destination des personnes en situation de handicap ! Le robot conversationnel aide ses interlocuteurs à trouver le nécessaire durant les déplacements : cela passe par trouver des toilettes publiques accessibles à la recherche d’un centre de santé spécialisé. Wilson livre aussi des adresses de restaurants et commerces accessibles aux handicapés.

Cependant, cet agent de conversation peut aller encore plus loin : Wilson est aussi un assistant dans la recherche du travail, que ce soit pour trouver des offres ou être accompagné pour élaborer sa candidature et son CV.

 

 

 

 

 

Relié au site Handisport, ce robot polyvalent trouve également tous les sports praticables pour un handicapé, ainsi que les événements culturels accessibles. Par exemple, il peut identifier les cinémas proposant l’audiodescription. Chut.media – qui le compare à Alfred, le majordome de Batman – a également été séduit par certaines blagues dont Wilson a le secret.

Pas de doute, cette application sera vite indispensable pour les personnes en situation d’handicap, qui ont besoin de connaître rapidement les services accessibles à leur mobilité réduite.

 

 

 

Buddies, le chatbot de l’Edhec Business School

C’est par Nice Matin que nous apprenons la nouvelle : l’Edhec Business School fait le plein de nouveautés web et parmi celles-ci se trouve Buddies, un chatbot permettant aux futurs candidats de discuter en ligne avec des étudiants « ambassadeurs ».

 

 

 

 

À destination des potentiels étudiants qui n’ont pas la possibilité d’assister aux salons et aux journées portes ouvertes, Buddies facilite la communication avec des étudiants internationaux. Les conversations peuvent porter sur les cours, la vie étudiante ou encore les études en France.

Voilà une initiative parfaite pour améliorer l’expérience utilisateur des candidats.

 

 

 

Jam, chatbot Facebook Messenger, s’invite dans l’affichage digital

Joli coup marketing pour Jam et Clear Channel ! Les deux acteurs conversationnels se sont associés dans l’objectif d’offrir aux 15-25 ans une nouvelle manière d’interagir avec l’actualité. Reconnue comme engagée, réactive et mobile, cette audience, adepte des applications messagerie, cherche toujours de nouveaux moyens de communications et d’interactions. D’où l’idée de transposer les qualités conversationnelles de Jam à des écrans digitaux affichés dans l’espace public.

 

 

 

 

À travers ces conversations, les marques pourront recueillir l’avis de leurs jeunes clients sur leurs produits, leur image ou le futur de leur activité.

Cbnews nous apprend également que les deux entreprises visent également les collectivités, avec une offre qui permettra aux communes d’interroger l’ensemble de leurs administrés sur la gestion de la ville, l’urbanisme et leurs habitudes au quotidien.

Découvrir +
d'articles
+

Vous voulez
en discuter ?

Contactez-nous