En France, le leader incontestable des réseaux sociaux, c’est Facebook. Propriétaire d’Instagram et de Whatsapp, Facebook s’impose comme le géant aux 2 milliards d’utilisateurs actifs par mois. Mais depuis quelques années, le réseau social numéro un opère un changement de cap non-négligeable (séparation de Messenger, lancement des chatbots, reprise des stories, nouveaux fils d’actualités, amélioration des pages d’entreprises, mise en avant du format vidéo, changement d’algorithme, etc), et affiche des nouvelles fonctionnalités, qui l’éloignent peu à peu de son statut de simple réseau social. Pourquoi ce virage radical ? Vers quoi se dirige Facebook ? Il semblerait que le géant soit inspiré par son nouveau concurrent WeChat, qui pourrait lui donner du fil à retordre.

 

wechat

 

WeChat, c’est quoi ?

 

Lancée en 2011 par Tencent Holdings, le colosse de la Tech chinoise, WeChat est une super app qui regroupe tout internet en une seule plateforme. Considéré comme un véritable couteau-suisse digital du quotidien des Chinois, WeChat regroupe déjà plus de 860 millions d’utilisateurs. C’est l’application la plus utilisée en Chine, elle est présente dans la poche de 8 utilisateurs de smartphone sur 10.

Le concept de WeChat est plutôt difficile à décrire pour nous, qui avons l’habitude d’avoir une application par utilité et par besoin. Mais, si à l’origine c’était une simple application mobile de messagerie instantanée semblable à Messenger ou Whatsapp, elle offre aujourd’hui un véritable écosystème de services. Côté social, les utilisateurs peuvent se créer un compte privé, suivre leurs amis ou leurs stars préférées, interagir avec eux, créer des discussions de groupe, passer des appels vocaux ou vidéo, partager des photos sur leur flux, faire des rencontres, jouer à des jeux, etc. Côté service, grâce à des “mini-programmes” (des apps intégrées qui ne nécessitent pas de téléchargement), les utilisateurs ont accès à une multitude de fonctionnalités : système de paiement mobile par QR Code (WeChatPay), achat de produits en ligne, achats groupés, gestion de budget, commande de taxi, prise de rendez-vous, réservation de billets d’avion, etc. et tout ça sans jamais quitter l’interface de l’application.

 

Pourquoi les marques se ruent sur WeChat ?

 

WeChat a été massivement adopté par les marques en Chine. Et les secteurs de la beauté, de la bijouterie et du luxe ont très rapidement compris le potentiel commercial énorme que leur offrait l’application pour promouvoir leurs produits et leurs services, puisqu’ils sont les plus présents sur la plateforme à 90%. Comment l’expliquer ?

Premièrement, en Chine, ce sont les jeunes consommateurs de la classe moyenne qui dépensent le plus en ligne. Ils passent énormément de temps sur les applications mobiles, ont de très fortes exigences quant à leurs expériences digitales et consomment en général 40% de plus que les autres (AliResearch). Les marques ont alors saisi l’occasion de se rapprocher de ce public, à travers WeChat, qui répond parfaitement à leurs attentes et leurs besoins, en proposant une expérience utilisateur unique et parfaitement en phase avec leur mode de vie. Une expérience qui permet en plus, un processus d’achat ultra-simplifié, puisque les utilisateurs n’ont plus besoin de sortir de la plateforme ou de télécharger d’autres applications.

De nombreuses marques de Luxe comme Dior, Longchamps ou Burberry ont très rapidement trouvé leurs places dans cet écosystème et ont eu du succès auprès du public chinois, en proposant des expériences ultra-personnalisées avec des campagnes digitales innovantes, des offres exclusives et du contenus engageant de qualité.

WeChat propose aux marques des comptes publics (entreprise, abonnement ou service) avec lesquels elles peuvent envoyer des publications push à leurs abonnés, publier leurs propres contenus ou même développer leurs propres fonctionnalités grâce aux différentes API proposées par l’application. Grâce à ces échanges, les marques peuvent également récolter de précieuses données sur les utilisateurs et sur leurs clients (informations personnelles, données de localisation, habitudes, préférences, parcours utilisateur, etc.) grâce auxquelles elles pourront mieux comprendre leurs cibles et adapter leurs campagnes pour les toucher encore plus efficacement.

 

Une exportation délicate

 

WeChat semble bien parti pour disrupter tout sur son passage. Mais, s’il devient peu à peu le nouveau système d’exploitation des mobinautes chinois en essayant de remplacer toutes les autres applications, il n’est pas dit que WeChat ait le même succès à l’étranger pour autant. En effet, en Chine, WeChat n’a pas de concurrent, c’est l’un des seuls réseaux tolérés par l’État, mais arrivera-t-il à s’imposer en occident, où les internautes sont beaucoup plus frileux quand on parle de sécurisation des données personnelles collectés par les réseaux sociaux ? Pas si sûr. Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’arrivée de WeChat marque un tournant de taille dans l’évolution des réseaux sociaux qu’on connaît aujourd’hui. Et on le voit déjà avec Facebook, qui s’en inspire largement en diversifiant ses champs d’action, notamment avec le paiement en ligne via les bots Messenger qui sera bientôt disponible en France par exemple.